signification du mot Ta-wîl (التَّأْوِيل)

Publié le par abou 3abdilah at_Tounssi

Le Ta-wîl

Tagrîb attadmouriyya

Ibn taymiyya

(résumé par cheikh al-outheimin)





le texte en Arabe

http://membres.lycos.fr/visiocap/tawil_p65.jpg

http://membres.lycos.fr/visiocap/tawil_p66.jpg

http://membres.lycos.fr/visiocap/tawil_p67.jpg

http://membres.lycos.fr/visiocap/tawil_p68.jpg

Traduction :

Le Ta-wîl dans la langue signifie : ramener une chose vers l’objectif qu’on veut lui assigner. Ça vient de la racine « awl » qui signifie le retour.

Dans le lexique des savant : Ramener une parole vers le résultat qu’on veut lui donner en expliquant son sens ou en déterminant ses effets.

Le Terme Ta-wil est donc utilisé pour signifier trois choses :


1) L’explication

2) La réalité ou l’obéissance

3) L’interprétation



Premier sens : l’explication

c’est le fait d’éclaircir une parole en évoquant sa signification voulu.

Exemple : 

La paroles d’Allah qui rapporte la parole des deux compagnons de prison de Youssouf ‘alayhi salam : « Donne-nous son explication (ta-wîl) ».


La parole du prophète - sallallahou ‘alayhi wa sallam - à ibn ‘Abbass - radiyallahou ‘anhouma - : « ô Allah fait lui comprendre la religion, et enseigne lui le Ta-wîl »


Et nous avons vu auparavant la parole de ibn ‘Abbass disant : « je fait partie des gens enraciné dans la science qui connaissent son Ta-wîl ».


Et il y a la parole de ibn Jarir (Tabari) et autres exégèses : « le Ta-wîl de la parole d’Allah ta’ala … », c’est à dire son explication.

Le Ta-wîl avec ce sens là est connu chez les Savants.


Deuxième sens : la réalité


C’est le fait qu’une parole incline vers sa réalisation :

Si la parole est un discours alors son Ta-wîl sera la réalité (la réalisation) de la chose conté.

Pour ce qui est d’Allah, ce sera la réalité de son essence (dhât) et de ses qualité (sifât) que personne d’autre que lui ne connaît.

Si la parole est une injonction, alors son Ta-wîl sera l’obéissance à l’injonction.


Exemple pour le discours : 

la parole d’Allah ta’ala : « Attendent-ils uniquement sa réalisation (Ta-wîl)», c’est a dire que ces négateurs n’attendent qu’une chose, que se réalise pour de vrai ce qui leur a été promis comme résurrection et rétribution.


La parole d’Allah rapportant les propos de Youssou ‘alayhi salam : « Ceci est la réalité (Ta-wîl) de mes rêves passés. Allah l’a réalisé ».


Exemples pour l’injonction :


La parole de ‘Aïcha qu’Allah l’agrée : « le prophète sallallahou ‘alayhi wa sallam disait de nombreuses fois dans son roukou3 et son soujoud « SoubHânakallahoumma rabbanâ, wa biHamdika, Allahoumma ghfir – lî », il appliquait (yata-awwal) le Coran » [rapporté par Al-Boukharie]. C’est à dire qu’il obéissait au commandement d’Allah se trouvant dans le verset : « lorsque vient le secour d’Allah ainsi que la victoire, Et que tu vois les gens entrer en foule dans la religion d’Allah, Alors par la louange célèbre la gloire de ton seigneur et implore son pardon car c’est lui le grand accueillant au repentir. » .

Tu dis aussi « untel ne pratique pas le Ribâ, il obéi (yata-awwal) à la parole d’Allah : « Et Allah a autorisé la vente et a interdit le Riba»[baqara 275].


Donc, le mot Ta-wîl avec ce sens est inconnu jusqu’à ce qu’il se réalise, et qu’on le cerne au moment où il se réalise.

Quant à la parole d’Allah « personne ne connaît son Ta-wîl en dehors d’Allah. Et ceux qui sont enraciné dans la science disent : nous y croyons, tout vient de notre seigneur. », le mot Ta-wîl ici peut être compris avec le sens de Tafsîr (expliquer) ou bien de « Haqîqa » (réalité) en fonction de la position de l’arrêt. Si le point d’arrêt se trouve après « en dehors d’Allah », alors Ta-wîl signifie : « l’inclinaison d’une parole vers sa réalité (sa réalisation) », parce qu’il est le seul à connaître les réalités desquelles il parle sur lui-même et sur le jour dernier.

S’il n’y a pas de point d’arrêt à cet endroit alors le mot Ta-wîl signifie « Tafsîr » car les gens enraciné dans la science connaissent leurs explications. Ce n’est pas une science que seul Allah connaît. 

Nous savons donc que l’istiwa signifie l’élévation et l’établissement, c’est le Ta-wîl que nous connaissons. Mais nous ignorons son comment, sa réalité. C’est ça le Ta-wîl que nous ignorons. De même, nous connaissons le sens des noms et attributs qu’Allah nous évoque, et on les differencie. Ainsi, nous connaissons le sens de « la vie », « la science », « la capacité », « l’ouïe », « la vue », et autres. Et nous savons que « la vie » n’est pas « la science », et que « la science » ce n’est pas « la capacité », et que « la capacité » ce n’est pas « l’ouïe », et que « l’ouïe » ce n’est pas « la vue » et ainsi de suite pour tous les noms et attributs. Mais nous ignorons les réalités de ses significations et leur substance sur laquelle elles sont lorsqu’il s’agit d’Allah.


Ces deux significations du mot Ta-wîl sont celles connu dans le Coran et la Sounnah, et connu des Salafs.

Troisième sens : l’interprétation



C’est le fait de déposséder l’énoncé de son sens le plus probable vers un sens moins évident par le biais d’un argument qui nous y invite. Ou si tu veux dit : « déposséder l’énoncé de son sens immédiat vers un sens qui s’oppose au sens immédiat par le biais d’un argument qui nous y invite »

Ceci est la définition de beaucoup de contemporains spécialisés dans le fiqh et les Oussoul. Et c’est cette signification qu’ont visé la plupart des contemporains lorsqu’ils discutaient au sujet de l’interprétation des textes et des attributs : est ce que l’interprétation est une bonne chose ou une mauvaise ?



Commentaire : si l’interprétation est appuyé par un argument valide, elle est alors légitime et c’est une bonne chose. On l’applique et il entre dans la première signification du mot Ta-wîl, c’est à dire « l’explication » (tafsîr) parce que l’explication d’une parole c’est faire le Ta-wîl du sens voulu par celui qui parle peu importe que ce sens soit le sens immédiat ou non du moment que c’est le sens que vise celui qui parle.

Exemple : « l’ordre d’Allah arrive (litt : est arrivé), ne le hâtez donc pas » [les abeilles : 1]. Allah effraye ses adorateurs en leur parlant d’un ordre qui viendra dans le futur et non d’un ordre qui est déjà venu. La preuve de cela est sa parole : « ne le hâtez donc pas » .

Et encore, la parole d’Allah : « et lorsque tu lis le Coran, demande donc protection auprès d’Allah contre le Chaytan maudit » [les abeilles : 98], Le sens immédiat de l’énoncé est : « lorsque tu finira ta lecture », mais le sens voulu est : « lorsque tu veux lire », parce que lorsque le prophète sallallahou ‘alayhi wa sallam demandait protection lorsqu’il voulait lire et non pas lorsqu’il finissait de lire.



Et lorsqu’il n’y a pas d’argument valide qui appuie l’interprétation, alors l’interprétation est caduc, c’est une mauvaise interprétation. On l’appelle alors « détournement » et non « interprétation ».

Exemple de cela :


La parole d’Allah « le miséricordieux s’est Istawa sur le trône » [Taha : 5] ;

Le sens immédiat est : Allah s’est élevé au-dessus du trône, une élévation qui lui est propre. Ceci est le sens voulu. 

L’interprétation consistant à dire que le sens de Istawa est « istawla » et « malaka » (dominer, prendre possession) est une interprétation caduc. C’est un détournement des paroles de leur sens voulu parce qu’il n’y a aucun argument valide qui appuie cette interprétation.

Ta-wîl

Lissân Al-3Arab






لسان العرب ج 11 ص 32

أول 

أول : الأَوْلُ: الرجوع . آل الشيءُ يَؤُول أَولاً و مآلاً: رَجَعَ . و أَوَّل إِلـيه الشيءَ: رَجَعَه . و أُلْتُ عن الشيء: ارتددت . وفـي الـحديث: من صام الدهر فلا صام ولا آل أَي لا رجع إِلـى خير، والأَوْلُ الرجوع

و أَوَّلَ الكلامَ و تَأَوَّله: دَبَّره وقدَّره، و أَوَّله و تأَوَّله: فَسَّرَه


وسئل أَبو العباس أَحمد بن يحيى عن التأْويل فقال: التأْويل والـمعنى والتفسير واحد


سان العرب ج 15 ص 106

و مَعْنى كلِّ شيء: مِـحْنَتُه وحالُه التـي يصير إِلـيها أَمْرُه . وروى الأَزهري عن أَحمد بن يحيى قال: الـمَعْنَى والتفسيرُ والتَّأْوِيل واحدٌ


Traduction

Citation:

Le Ma3na de chaque chose, c'est sa substance, l'état sur lequel il est.
Al-Azharî rapporte de Ahmad bnu Yahya : Le Ma3na, le Ta-wîl et le Tafsîr c'est la même chose !


http://labonnereference.forumactif.fr/langue-arabe-f9/le-mot-ta-wil-ibn-taymiyya-t98.htm

Publié dans Rappels

Commenter cet article