Le Messie à la lumière de l’évangile et du saint coran

Publié le par abou 3abdilah at_Tounssi

Les principaux sujets traités :

  • Les ennemis peuvent-ils crucifier Dieu ?
  • Dieu n’aurait-il pas pu délivrer les pécheurs sans crucifiement du fils par les ennemis ?
  • Le dogme d’expiation pousse l’homme à commettre le mal... Il est donc une conviction égarante et trompeuse.
  • L’Evangile n’accorde pas aux chrétiens le droit de divulguer leur doctrine sur le plan international.

 

 

Au Nom de d’Allah, le Clément. Le Miséricordieux.

 

Peut-on vraiment crucifier Dieu ; ou son fils ?

 

J’ai devant moi une brochure en langue urdu, publiée par M. DIWI PERSHAD GODEHRY intitulée « la rédemption des péchés existe » dans laquelle il dit : « Le dieu Jésus, le Messie est venu en ce monde pour sauver les gens de leurs péchés. Il a été crucifié à cause de nos fautes, puis il a ressuscité de parmi les morts au troisième jour de son décès. Cela n’est pas une histoire que nous avons inventée, mais il est actuellement sauveur et vivant. »

Après avoir lu ces mots, tout homme raisonnable se pose - d’évidence – plusieurs questions auxquelles doivent répondre les chrétiens qui publient de telles brochures.

 

Et voici quelques-unes de ces questions :

1. Dieu est tout puissant, il peut tout faire. Il peut pardonner comme il peut punir, et s’Il voulait sauver les pécheurs, Il aurait pu le faire sans avoir besoin de venir en ce monde. Sinon, pour quelle raison fallait-il pardonner les fautifs après son arrivée ici-bas, son crucifiement par les méchants, puis, mourir et rester hors de vie pendant trois jours ? Quel est le secret de tout cela ?
Les théologiens chrétiens doivent éclaircir ce mystère sinon il faut reconnaître que cela s’oppose à la raison, d’une part, à la dignité et la sagesse divine d’autre part.

2. Est-ce qu’il est prouvé dans le livre sacré que ce dieu (le Messie) n’avait pas besoin de boire, ni de manger, ni d’uriner comme tous les hommes avant de venir en ce monde terrestre ? Ou bien avait-il des besoins comme pendant sa vie terrestre ?

3. Est-ce que le Messie portait les qualités divines pendant sa vie embryonnaire dans le ventre de sa mère puis lors de sa naissance, -comme les autres enfants – et tétait le sein de sa mère ? Ou bien était-il comme tous le commun des hommes ?

4. Comment s’est conservé l’équilibre de l’univers durant l’absence du Messie, pendant les trois jours de sa mort ? Et si le monde a pu rester sans dieu pendant trois jours, pourquoi ne resterait-il pas ainsi pour toujours ?

5. Est-ce que les méchants réussiront-ils à assassiner Dieu dans l’avenir comme ils ont pu le faire la première fois ? Et s’ils le peuvent, ce serait donc le plus court chemin du Salut, tuer une seconde fois le Dieu dont on craint le châtiment.

Et même si vous dites (Ô chrétiens !) que vous utilisez le mot (Dieu) pour Jésus, le Messie, seulement en écriture, sans le croire ainsi, car il est fils de Dieu ; dans ce cas aussi nos questions demeureront authentiques.

Et alors, on vous demandera que si Dieu voulait pardonner les pécheurs, pourquoi ne l’aurait-il pas fait, lui, le Tout-Puissant ? Sans envoyer son fils, puis être lui-même crucifié avec mépris par ses ennemis pour rester ainsi mort sur la croix pendant trois jours ?

Dieu était-il responsable devant le parlement comme l’est par exemple le roi d’Angleterre ? Est-ce qu’il y avait un parlement qui ordonnait que Dieu ne pouvait pardonner les pécheurs qu’après décès de son fils crucifié et méprisé par ses ennemis ?

Et si vous dites que Dieu ne voulait pas la mort de son fils par ses ennemis, mais que ceux-ci l’ont vaincu, nous vous répondrons alors qu’un tel-Dieu faible, battu, incapable, même d’aller au secours de son fils est indigne d’être adoré, car aucun être raisonnable n’accepterait pareille hypothèse.

6. Le Coran démontre que les ennemis du Messie (paix de Dieu sur lui) tramaient des complots contre lui, mais Dieu avait fait échouer leurs conspirations et déconcerté leurs espoirs.

 

Les chrétiens doivent donc étudier avec toute sincérité et mentalité ce qu’a dit le saint Coran et le Prophète Muhammad (paix et bénédiction de Dieu sur lui) à propos de Dieu et de Jésus, le Messie, et voici un petit résumé des enseignements de l’Islam à ce propos :

 

1. Tout cet univers est sous la maîtrise de Dieu, il n’est point géré même pour un clin d’œil par quelqu’un d’autre.

2. Dieu est vivant, Eternel et c’est Lui qui possède la vie et la mort des créatures.

3. Dieu n’est jamais pris d’assoupissement ni de sommeil et à plus forte raison de mort, car Il dirige tout cet univers et ce qu’il contient, et s’Il ferme l’œil une seul seconde toute l’organisation de ce monde serait bouleversée.

4. C’est Dieu qui crée les enfants et c’est Lui qui prépare le lait dans les mamelles de leurs mères pour vivre ; mais que Dieu naisse petit enfant puis, qu’Il s’allaite, cela ne convient pas à la dignité divine.

5. Tout comme Moïse et Abraham (qu’ils soient bénis) étaient des prophètes de même Jésus (le Messie) était ainsi un être humain et messager envoyé par Dieu pour guider les gens, égarés et errants, vers le droit chemin.

6. Les ennemis ont tenté de crucifier le Messie (que Dieu le bénisse) mais Dieu l’a sauvé et a transformé le visage du traître qui l’a vendu en le rendant semblable et identique à celui de Jésus de sorte que les méchants se sont trompés et l’ont crucifié en croyant que c’est le Messie.

Que les chrétiens réfléchissent donc et étudient les enseignements de l’Islam avec sincérité et loyauté et qu’ils comparent entre la conception de l’Islam en ce qui concerne Dieu et le Messie et la conception de leur livre sacré « actuel » à ce propos et qu’ils acceptent la meilleure idée logique et plausible. J’ai bien décrit leur livre par l’«actuel» car je crois fermement que les enseignements du livre sacré original étaient les mêmes que ceux du Coran puisqu’ils émanent de la provenance divine, et c’est pourquoi ils ne peuvent se contredire. Mais ce sont les prêtres et les moines religieux qui l’ont dévié. En effet, l’Evangile de Barnabé appuie ce que je viens de dire puisqu’il conserve encore plus ou moins son authenticité originelle.

 

Tel père tel fils

 

Il est évident que le fils d’un être humain ne peut être qu’un être humain. De même, le fils d’un cheval et d’une jument ne sera que cheval ou jument. Il existe donc toujours une conformité complète en toute chose entre un père et son fils. Si donc le Messie était fils de Dieu, il devrait avoir toutes les qualités de Dieu. Or, il n’avait en réalité aucune de ces qualités divines, Il n’avait au contraire que des qualités humaines, il buvait et mangeait comme tout être humain ; il est né du ventre de sa mère et a tété son sein. Mais Dieu l’a purifié du message divin et l’a fait monter vivant au ciel (l’ascension).

Or toutes ces qualités humaines s’opposent totalement à l’essence divine ; et il est inacceptable et inadmissible de dire que le Messie est le fils de Dieu. D'ailleurs, l’évangile de Barnabé démontre que le Messie (qu’il soit béni) a condamné de folie celui qui croit en sa nature divine ou qu’il est fils de Dieu.

 

Le dogme d’expiation est une conviction égarant

 

Les chrétiens pensent que les bonnes actions (les bonnes œuvres) ne suffisent pas pour obtenir le salut et que l’homme tout pécheur qu’il soit n’est sauvé que par suite du crucifiement humiliant du Messie par ses ennemis. Or cette croyance s’oppose totalement à l’esprit même des religions qui prêchent aux gens de faire du bien et leur interdit de faire le mal. En effet si l’on s’assure que le salut est garanti par la mort du Messie on n’aura plus besoin de s’abstenir de commettre tous les vices, tels que le vol, l’adultère, l’alcoolisme, l’homicide, etc. sans aucune crainte ni hésitation. On ne verra de même aucune nécessité de faire du bien car cela n’aura aucune répercussion sur son salut, ni son destin éternel selon sa croyance.


Que les missionnaires chrétiens répondent !



Vous prêchez le monde entier à la religion chrétienne alors que même votre livre sacré déclare que Jésus, le Messie n’était envoyé comme prophète messager que pour les israélites seulement. Le Messie n’a pas cherché ses disciples en dehors des enfants d’Israël. (Encyclopédie britannique 5/631).

Ces douze disciples ont été envoyés par Jésus. Il leur a demandé « de ne pas aller à la route des nations, et de ne pas entrer à la ville Samaritains mais d`aller plutôt aux brebis égarées de la maison d’Israël. » Mathieu 10 : 5-6

Le Messie a dit : « Je ne suis envoyé que pour les brebis égarées de la maison d’Israël. » Mathieu 15 : 24 et c’est cela qui est dit dans le Coran, sourate 3 : ‘ Al- Imran ‘ – verset 49 à propos du Messie: « et Il sera le messager aux enfants d'Israël, … »

C’est pourquoi, présenter le christianisme comme une religion internationale est contraire à la doctrine même de Jésus (le Messie) et des enseignements du livre sacré ; mais ce sont les intentions politiques qui ont conduit à tout cela sous le titre de missions prédicatives !

 

 

  • Ecrit par le Professeur Muslihuddin Assalafi
  • Révisé par l’association Aux Sources de l’Islam
 

Commenter cet article