Dialogue entre un musulman et un chrétien partie 13

Publié le par abou 3abdilah at_Tounssi

Mon serviteur, messager et élu

 

 

Une réalisation plus claire de la prophétie de Muhammad [PBSL] se trouve dans Ésaïe 42 :

 

1. « Voici mon serviteur, que je soutiendrai, Mon élu, en qui mon âme prend plaisir. J'ai mis mon esprit sur lui; il annoncera la justice aux nations.»

Aussi appelé « mon messager » dans le verset 19. Tous les Prophètes étaient sans exception des serviteurs, messagers et élus de Dieu. Pourtant, aucun Prophète à l'exception de Muhammad [PBSL] n’est appelé universellement par ces titres spécifiques, ce qui donne en arabe « °Abduhu wa Rasuluhu-l-Mustafâ», c'est à dire Son serviteur (esclave) et Son Messager élu. L'Attestation de Foi d'une personne acceptant l'Islam est : « J'atteste qu'il n'est d'autres dieux que Dieu qui n'a aucun associé et j'atteste que Muhammad est Son serviteur et Messager.» Cette même formule est répétée cinq fois par jour à travers les minarets lors de l'appel à la prière, cinq fois quotidiennement juste avant le commencement de chaque prière, neuf fois par jour lors de Tashahhud pendant les prières obligatoires et encore plusieurs fois si un musulman accomplit les prières facultatives recommandées. Le titre le plus habituel du Prophète Muhammad [PBSL] est Rasûlullah, c'est à dire le messager de Dieu.

 

2. « II ne criera point, il n'élèvera point la voix. Et ne la fera point entendre dans les rues.»

Ce verset est une description de la décence du Prophète Muhammad [PBSL].

 

3. «...Il annoncera la justice selon la vérité.»

 

4. « II ne se découragera point et ne se relâchera point, jusqu'à ce qu'il ait établi la justice sur la terre et que les îles espèrent en sa loi.»

Ceci doit être mit en comparaison avec Jésus qui ne l'a pas emporté sur ses ennemis et qui fut déçu par le rejet des Israélites.

 

5. « Moi, l'Éternel, je t'ai appelé pour le salut, et je te prendrai par la main, Je te garderai, et Je t'établirai pour traiter alliance avec le peuple, pour être la lumière des nations.»

« Je te garderai», c'est à dire il n'y aura pas de Prophète après lui. Après un court laps de temps, plusieurs nations furent guidées vers l'Islam.

 

6. « Pour ouvrir les yeux des aveugles, pour faire sortir de prison le captif, et de leur cachot ceux qui habitent dans les ténèbres.»

« Les yeux des aveugles, la vie dans les ténèbres» désignent ici la vie païenne. « Faire sortir de prison le captif» définit l'abolition de l'esclavage pour la première fois dans l'histoire de l'humanité.

 

7. « Je suis l'Éternel, c'est là Mon nom; et Je ne donnerai pas Ma gloire à un autre, ni Mon honneur aux idoles.»

Le Prophète Muhammad [PBSL] est unique dans la chaîne des Prophètes, car il est le sceau de tous les Prophètes et, contrairement au christianisme et au judaïsme, ses enseignements sont restés intacts jusqu'à ce jour.

 

8.« Chantez à l'Éternel un cantique nouveau, chantez ses louanges aux extrémités de la terre....»

Un cantique nouveau qui ne se fera pas en hébreu ou araméen, mais en arabe. Les louanges de Dieu et de Son Messager Muhammad [PBSL] sont « chantées» cinq fois par jour à travers les minarets de millions de mosquées partout dans le monde.

 

9.« Que le désert et ses villes élèvent la voix ! Que les villages occupés par Kédar élèvent la voix ! Que les habitants des rochers tressaillent d'allégresse ! Que du sommet des montagnes retentissent des cris de joie !»

Sur le mont Arafat, près de la Mecque, les pèlerins scandent chaque année ceci : « Me voici [à Ton service], Ô Dieu. Me voici. Me voici. Tu n'as point d'associé. Me voici. Vraiment les louanges, la grâce et la souveraineté sont toutes à Toi. Tu n'as point d'associé » Ésaïe 42 ne peut jamais s'appliquer à un Prophète Israélite car Kédar est le deuxième fils d'Ismaël. Voir Genèse (25:13).

 

10.« Qu'on rende gloire à l'Éternel, et que dans les îles on publie ses louanges ! »

L'Islam s'est vraiment répandu jusqu'aux îlots des Caraïbes et d'Indonésie.

 

11.«... Il manifeste sa force contre ses ennemis.»

Dans un court laps de temps le Royaume de Dieu fut établi sur terre avec l'avènement de Muhammad [PBSL]. Ce 42ème chapitre d'Ésaïe concorde exactement avec le caractère du Prophète Muhammad [PBSL].

 

 

 

LE ROI DAVID L’APPELA « MON SEIGNEUR »

 

 

 

Psaume (110:1) :

« Parole de l'Éternel à mon Seigneur: "Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied".»

Ici, sont mentionnés un Éternel et un Seigneur. Si le premier « Éternel» (le locateur) est Dieu, le second Seigneur (celui à qui on parle) ne peut être Dieu étant donné que David ne connaissait qu'un Dieu. Donc on pourrait aussi lire : « Parole de Dieu à mon Seigneur....»

Mais qui était alors la personne que David appela « mon Seigneur» ?

L'Église dirait Jésus. Mais ceci fut démenti par Jésus lui-même dans Matthieu (22:45), Marc (12:37) et Luc (20:44). Comme il était fils de David, il ne pouvait prétendre à ce titre. Comment David pourrait-il l'appeler «mon Seigneur» s'il était son fils, se dit Jésus? Jésus dit (Luc, 20:41-44): «Jésus leur dit-Comment dit-on que le Christ est fils de David? David lui-même dit dans le livre des Psaumes: Le Seigneur a dit à mon Seigneur: "Assieds-toi à ma droite, Jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied". David donc l'appelle Seigneur; comment serait-il son fils?»

 

Jésus doit y avoir répondu, mais sa réponse ne fut pas transcrite dans les quatre Évangiles canoniques.

Par contre dans l'Évangile de Barnabé il fut explicitement mentionné que la promesse avait été faite à Ismaël et non à Isaac. Le Seigneur de David était donc Muhammad [PBSL] qu'il vit dans ses pensées. Aucun Prophète n'a jamais accompli autant que Muhammad [PBSL]. Même le travail combiné de tous les autres Prophètes est toujours restreint comparé à ce qu'a fait Muhammad [PBSL] dans une courte période de 23 ans et qui est resté intact jusqu'à ce jour.

 

ES-TU LE PROPHÈTE ?

 

 

Les juifs envoyèrent des prêtres et des lévites à Saint Jean-Baptiste pour s'informer de qui il était vraiment. (Jean,1:20-21) :

« II [Saint-Jean Baptiste] déclara, et ne le nia point, il déclara qu'il n'était pas le Christ. Et ils lui demandèrent: Quoi donc ? Es-tu Élie ? Et il dit: Je ne le suis point. Es-tu le Prophète? Et il répondit : Non.»

 

La question cruciale ici est : « Es-tu le Prophète ?.» Qui était alors le Prophète tant attendu après l'avènement de Jésus et Saint-Jean Baptiste? N'était-il pas un Prophète comme Moïse (Deutéronome, 18:18), à savoir Muhammad [PBSL] ?

 

 

BAPTISER DU SAINT ESPRIT ET DE FEU

 

Matthieu (3:11): « Moi [Saint-Jean Baptiste], je vous baptise d'eau, pour vous amener à la repentance; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-esprit et de feu.»

Si ici on fait allusion à Jésus, Saint-Jean Baptiste se serait cramponné à lui et serait devenu un disciple, ce qu'il n'a pas fait. Ici, on a donc fait allusion à un autre grand Prophète et non à Jésus.

Le Prophète attendu après Saint-Jean Baptiste ne pouvait être Jésus, car ils furent tous les deux contemporains. À nouveau, n'était-ce pas le Prophète Muhammad [PBSL] à qui Saint-Jean Baptiste faisait allusion ?

 

 

LE PLUS PETIT DANS LE ROYAUME DES CIEUX

 

On a cité Jésus de suite (Matthieu, 11:11) :

« Je vous le dis en vérité, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n'en a point paru de plus grand que Jean Baptiste. Cependant, le plus petit dans le royaume des deux est plus grand que lui.»

Pouvez-vous croire que Saint-Jean Baptiste est plus grand qu'Adam, Noé, Abraham, Moïse, David et bien d'autres Prophètes ? Combien de païens Saint-Jean Baptiste avait-il converti et combien de disciples avait-il ? Mais là n'est pas la question. La question est : qui fut le plus petit dans le royaume des cieux, plus grand que Saint-Jean Baptiste ? Il ne s'agissait certainement pas de Jésus car à ce moment le royaume des cieux n'était pas encore formé et Jésus n'a jamais prétendu être le plus petit, c'est à dire le plus jeune. Le royaume des cieux consiste en Dieu en tant qu'Être Suprême et tous les Prophètes.

Ici, le plus petit ou le plus jeune est le Prophète Muhammad [PBSL].

 

 

 

HEUREUX CEUX QUI PROCURENT LA PAIX

 

Dans son sermon sur la montagne, Jésus dit (Matthieu, 5:9) :

« Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! »

Islam veut aussi dire paix : paix entre le Créateur et l'adorateur. Jésus ne pouvait parler de sa propre mission, car il n'était pas venu pour procurer la paix.

 

Matthieu (10:34-36):

« Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée. Car je suis venu mettre la division entre l'homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère; et l'homme aura pour ennemis les gens de sa maison.»

Voir aussi Luc (12:49-53).

 

 

UN CONSOLATEUR

 

Jean (14:16):

« Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous.»

Nous ne connaissons pas exactement le mot original en araméen qui fut utilisé par Jésus pour « consolateur ». D'autres bibles utilisent les termes avocat, aide et dans les bibles grecques on lit le mot Paraclet (Paraklêtos). Il y a différentes explications pour le mot: l'Esprit Saint, la Parole, une personne, etc.

Le Saint Coran mentionne dans la sourate le Rang (verset 6) que Jésus a explicitement mentionné le nom Ahmad :

« Et quand Jésus fils de Marie dit: Ô Enfants d'Israël, je suis vraiment le Messager de Dieu envoyé vers vous, confirmant ce qui, dans la Thora, est antérieur à moi et annonciateur d'un Messager à venir après moi, dont le nom sera Ahmad. »

Ahmad est le second nom du Prophète Muhammad et qui veut dire littéralement celui qui loue Dieu plus que d'autres.

Quelle que soit la signification du mot « consolateur », nous pouvons conclure que Jésus a laissé derrière lui une œuvre inachevée et que quelqu'un allait venir pour compléter sa mission.

 

Examinons à présent, dans le contexte de la Bible, si ce consolateur convient au personnage du Prophète Muhammad [PBSL] :

 

1. « Un autre consolateur »

Donc plusieurs consolateurs étaient déjà venus et il y en avait un qui devait encore venir.

 

2. « Afin qu'il demeure éternellement avec vous »

Étant donné que le besoin pour un autre de venir après lui n'existait plus et qu'il serait le sceau de tous les Prophètes. Son enseignement demeurera pour toujours et restera intact. En effet, le Coran et tous ses enseignements demeurent comme ils l'étaient il y a 1400 ans.

 

3. « II convaincra le monde en ce qui concerne le péché» (Jean, 16:8)

Tous les autres Prophètes, y compris Abraham, Moïse, David et Salomon corrigeaient leurs voisins et leur peuple pour leurs péchés, mais pas le monde comme l'a fait Muhammad [PBSL]. Il n'extirpa pas seulement l'idolâtrie en Arabie dans une période de 23 ans, mais envoya aussi des émissaires à Héraclius, aux souverains des empires de Perse et de Rome, au Négus, le roi d'Ethiopie et à Muqauqis, le gouverneur d'Egypte.

Il réprimandait les chrétiens pour avoir divisé l'unité de Dieu en trinité, pour avoir élevé Jésus à fils de Dieu et ensuite à Dieu Lui-Même.

C'est lui qui condamna les juifs et les chrétiens pour avoir corrompu leurs Écritures, pour avoir contesté la primogéniture d'Ismaël [PBSL] et c'est lui qui a blanchi tous les Prophètes des imputations d'adultère, inceste, viol et idolâtrie.

 

4. « Le prince de ce monde est jugé» (Jean, 16:11).

Il s'agit ici de Satan comme c'est expliqué dans Jean (12:31) et (14:30). Le Prophète Muhammad [PBSL] est donc venu pour corriger le monde et avertir l'homme du jugement.

 

5. « L'Esprit de vérité» (Jean, 16:13).

Depuis son enfance le Prophète Muhammad [PBSL] fut appelé Al-amîn, c'est à dire celui qui est sincère ou honnête et « il vous conduira dans toute la vérité...» (Jean, 16:13).

 

6. « Car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu» (Jean, 16:13).

Le Saint Coran est la parole de Dieu. Il n'y a pas un seul mot du Prophète Muhammad [PBSL] ou de ses compagnons qui a été inclus. L'ange Gabriel le lui récita, le Prophète le mémorisa et les paroles furent notées par ses copistes. Ses propres paroles et enseignements furent enregistrés dans les Ahadith (pluriel de Hadith) ou traditions.

Comparez avec Deutéronome (18:18) : «...je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai.»

Ceci correspond avec la sourate l'Etoile (versets 2-4) :

« Votre compagnon [Muhammad] ne s’est pas égaré et n’a pas été induit en erreur et il ne prononce rien sous l’effet de la passion; ce n 'est rien d’autre qu’une révélation inspirée.»

 

7. « et il vous annoncera les choses à venir.» (Jean, 16:13).

Toutes les prophéties du Prophète Muhammad [PBSL] se réalisent.

 

8. « II me glorifiera» (Jean, 16:14).

A vrai dire, le Saint Coran et le Prophète Muhammad [PBSL] ont plus de vénération pour Jésus [PBSL] que la Bible et les chrétiens eux-mêmes. Les exemples suivants le prouvent :

 

a.) Selon Deutéronome (13:5), croire en sa mort sur la croix discréditerait son statut de Prophète :

« Ce Prophète ou ce songeur sera puni de mort...», il est aussi caractérisé comme maudit (que Dieu nous en préserve), selon Deutéronome (21:22-23): «...car celui qui est pendu est un objet de malédiction auprès de Dieu....»

 

b.) Matthieu (27:46): «... Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?.» Ces paroles, ne pourraient-elles pas venir de quelqu'un d'autre que Jésus? Même quelqu'un qui n'est pas Prophète serait ivre de joie de savoir que sa mort lui procurera le titre de martyr, même s'il agonise. N'était-ce pas une insulte envers Jésus de prétendre qu'il n'avait pas de foi en Dieu ?

 

c.) Nous musulmans ne pouvons croire que Jésus qualifia les Gentils de chiens et de pourceaux et qu'il s'adressa à sa mère en lui disant « Femme», conformément à ce qui est mentionné dans la sourate Marie (verset 32) : «Et la bonté envers ma mère [c'est à dire Marie]. Il [Dieu] ne m'a fait ni violent ni malheureux.»

Matthieu (7:6) : « Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux....» Jean (2:4) « Jésus lui [Marie] répondit: Femme, qu'y a-t-il entre moi et toi ? »

 

 

Commenter cet article