Kitâb at-Tassawuf (1)

Publié le par abou abdillah al tounsi

Le « Samâ’ » [audition] des Prophètes et des anciens pieux prédécésseurs (I)

SHeikh al-Islâm Taqî ad-Dîn Abî al-’Abbâs Ahmad Ibn ’Abdel-Halîm Ibn ’Abdel-Sallâm Ibn Taymiyyah al-Harânî

samedi 10 mai 2003, par Ismaïl

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) fut interrogé sur la nature du [Samâ’] des Vertueux : qu’est-ce que ce samâ’ ? L’audition des poèmes mis en musique et accompagnés d’instruments qui ravissent est-elle un des moyens de se rapprocher d’Allâh et de Lui obéir ? Est-elle interdite ou permise ?

Louange à Allâh, le Seigneur des mondes. Je témoigne qu’il n’y a de dieu sinon Allâh, Unique, sans associé. Et je témoigne que Muhammad est Son serviteur et Son Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) !

Enregistrer au format PDF

La question, fondamentalement, est de faire la différence entre le « Samâ’ » dont on tirerait profit dans la religion et ce qu’on admet éviter et gêner, entre le samâ’ de ceux qui chercheraient à se rapprocher d’Allâh et celui des gens qui se distraient.

Le « Samâ’ » qu’Allâh - Ta’âla - a prescrit à Ses serviteurs et pour lequel les anciens de la Communauté - les compagnons, les suivants et leurs suivants - se réunissaient, étant donné la bonté de leurs cœurs et la pureté de leurs âmes, c’est l’audition des Versets d’Allâh, l’audition des Prophètes et des croyants, des Gens de la science, et des Gens de la Connaissance.

Allâh - Ta’âla - a évoqué ce type de « Samâ’ » quand il évoque certains des Prophètes (’alayhim as-sallam) en disant :

« Voilà ceux qu’Allâh a comblés de faveurs, parmi les prophètes, parmi les descendants d’Adam, et aussi parmi ceux que Nous avons transportés en compagnie de Noé, et parmi la descendance d’Abraham et d’Israël, et parmi ceux que Nous avons guidés et choisis. Quand les versets du Tout Miséricordieux leur étaient récités, ils tombaient prosternés en pleurant. »

 

 [1]

Allâh - Ta’âla - a également dit :

« Dis : « Croyez-y où n’y croyez pas. Ceux à qui la connaissance a été donnée avant cela, lorsqu’on le leur récite, tombent, prosternés, le menton contre terre, et disent : « Gloire à notre Seigneur ! La promesse de notre Seigneur est assurément accomplie". Et ils tombent sur leur menton, pleurant, et cela augmente leur humilité. »

 

 [2]

« Et quand ils entendent ce qui a été descendu sur le Messager [Muhammad] tu vois leurs yeux déborder de larmes, parce qu’ils ont reconnu la vérité »

 

 [3].

C’est le « Samâ’ » qu’Allâh à ordonné de pratiquer, en disant :

« Et quand on récite le Coran, prêtez-lui l’oreille attentivement et observez le silence, afin que vous obteniez la miséricorde [d’Allah] ».

 

 [4]

Et les adeptes de ce type de « Samâ’ », Allâh - Ta’âla - les a loués en disant notamment :

« Annonce la bonne nouvelle à Mes serviteurs, qui prêtent l’oreille à la Parole, puis suivent ce qu’elle contient de meilleur. »

 

 [5]

Tandis que des autres, Allâh - Ta’âla - a dit :

« Et quand on lui récite Nos versets, il tourne le dos avec orgueil, comme s’il ne les avait point entendus, comme s’il y avait un poids dans ses oreilles »

 

 [6]

Allâh - Ta’âla - a également dit :

« [Voici] un Livre béni que Nous avons fait descendre vers toi, afin qu’ils méditent sur ses versets et que les doués d’intelligence réfléchissent ! »

 

 [7]

De même qu’Allâh - Ta’âla - a loué ce type de « Samâ’ », il a blâmé ceux qui s’en détournent. Il a en effet dit :

« Et quand on lui récite Nos versets, il tourne le dos avec orgueil, comme s’il ne les avait point entendus, comme s’il y avait un poids dans ses oreilles »

 

 [8]

Ceux qui sont infidèles disent :

« Ne prêtez pas l’oreille à ce Coran, et faites du chahut (pendant sa récitation), afin d’avoir le dessus. »

 

 [9]

« Et le Messager dit : « Seigneur, mon peuple a vraiment pris ce Coran pour une chose délaissée ! »

 

 [10]

« Qu’ont-ils à se détourner du Rappel ?, Ils sont comme des onagres épouvantés, s’enfuyant devant un lion. »

 

 [11]

« Et ils dirent : « Nos cœurs sont voilés contre ce à quoi tu nous appelles, nos oreilles sont sourdes. Et entre nous et toi, il y a une cloison. Agis donc de ton côté ; nous agissons du nôtre ».

 

 [12]

« Et quand tu lis le Coran, Nous plaçons, entre toi et ceux qui ne croient pas en l’au-delà, un voile invisible, Nous avons mis des voiles sur leurs cœurs, de sorte qu’ils ne le comprennent pas : et dans leurs oreilles, une lourdeur. Et quand, dans le Coran, tu évoques Ton Seigneur l’Unique, ils tournent le dos par répulsion. »

 

 [13].

Voilà le type de « Samâ’ » qu’Allâh - Ta’âla - a prescrit aux musulmans de pratiquer durant leurs prières et leurs prêches, par exemple durant la prière du Fajr [prière de l’aurore], durant celle de la nuit [al-’Isha] et en d’autres occasions encore. C’est pour ce type d’audition que les Compagnons du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) se réunissaient. Lorsqu’ils se réunissaient dans ce but, ils ordonnaient à l’un d’entre eux de réciter le Qor’ân tandis que le reste écoutait. ’Oumar disait ainsi à Abû Mûssa : « Rappelle-nous notre Seigneur ! » Il récitait alors le Qor’ân et eux écoutaient. Voilà le type de Samâ’ auquel le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) assistait avec ses compagnons et qu’il leur demandait. Ainsi est-il dans les deux Sahîh, d’après ’Abd-Allâh Ibn Mass’oûd, que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) dit à ce dernier : - Récite-moi le Qor’ân. - Tu me dis de te réciter le Qor’ân alors que c’est sur toi qu’on l’a fait descendre ? - Oui, répondit le Prophète, j’aime l’entendre de quelqu’un d’autre. Je lui ai donc récité, rapporte Ibn Mass’oûd (radhiallâhu ’anhu), la sourate Les Femmes jusqu’à ce que j’arrive au verset que voici :

« Comment seront-ils, lorsque Nous ferons venir un témoin de chaque communauté, et que Nous te ferons venir comme témoin contre eux ? »

 

 [14]

- Assez, dit-il [Le Prophète], les yeux en pleurs.

Voilà ce que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) et ses compagnons écoutaient, ainsi qu’Alâh -Ta’âla- le dit :

« Allâh a accordé une grâce aux croyants lorsqu’Il leur a envoyé un Messager pris parmi eux qui leur psalmodie Ses versets, qui les purifie, et leur enseigne le Livre [al-Qor’ân] et la sagesse. »

 

 [15]

La « sagesse », c’est-à-dire la tradition.

Allâh - Ta’âla - dit également :

« J’ai seulement reçu l’ordre d’adorer le Seigneur de cette cité qu’Il a déclarée sacrée. - Toute chose Lui appartient ! - J’ai reçu l’ordre d’être des Musulmans et de psalmodier le Qor’ân ». Quiconque est bien guidé, est guidé pour lui-même. A celui qui s’égare, dis : « Je suis seulement de ceux qui avertissent. »

 

 [16]

De même pour les autres Messagers que Muhammad (sallallahu ’alayhi wa sallam) :

« O fils d’Adam ! Si des Messagers pris parmi vous viennent à vous en vous contant Mes Versets : ceux qui craignent Allâh et qui s’amendent, nulle peur pour eux, et ils ne seront pas attristés. »

 

 [17]

En outre, le Jour de la Résurrection, le Très-Haut s’élèvera contre les fils d’Âdam ainsi qu’Il le dit :

« O assemblés des djinns et des humains ! Des Messagers pris parmi vous ne sont-ils pas venus à vous, en vous contant Mes Versets et en vous avertissant de la rencontre de votre Jour que voici ? » Ils diront : « Nous avons témoigné contre eux-même » La vie en ce monde les abusés : ils ont témoigné contre eux-mêmes qu’ils étaient infidèles. »

 

 [18]

Allâh - Ta’âla - dit aussi :

« Et ceux qui avaient mécru seront conduits par groupes à l’Enfer. Puis, quand ils y parviendront, ses portes s’ouvriront et ses gardiens leur diront : « Des messagers [choisis] parmi vous ne vous sont-ils pas venus, vous récitant les versets de votre Seigneur et vous avertissant de la rencontre de votre jour que voici ? » Ils diront : si, mais le décret du châtiment s’est avéré juste contre les mécréants. »

 

 [19]

Allâh - Ta’âla - a informé que celui qui s’en tient à ce type de Samâ’ est bien guidé et réussit tandis que celui qui s’en détourne s’égare et est malheureux.

Il dit en effet :

« Une Guidance vous viendra, de Ma part. Quiconque aura suivi Ma Guidance ne s’égarera pas et ne sera pas malheureux. Mais quiconque se sera détourné de Mon Rappel aura certainement une vie misérable, puis Nous le ramènerons, le Jour de la Résurrection, aveugle. Il dira : « Mon Seigneur ! Pourquoi m’as-Tu ramené ici, aveugle, alors que je voyais clair auparavant ? »

 

 [20]

« A quiconque s’écarte du Rappel de Celui qui fait miséricorde, Nous assignons un démon, comme acolyte inséparable. »

 

 [21]

Par le Rappel [dhîkr] d’Allâh, on veut dire tantôt le fait, pour le serviteur, de se rappeler son Seigneur, et tantôt le Rappel qu’Allâh à fait descendre, ainsi que le Allâh - Ta’âla - le dit :

« Ceci est un Rappel béni que Nous avons fait descendre. »

 

 [22]

« Vous étonnez-vous qu’un Rappel de votre Seigneur vous soit parvenu, par l’intermédiaire d’un homme pris parmi vous, pour vous avertir ? »

 

 [23]

« Et ils [les Mecquois] disent : « O toi, sur qui on a fait descendre le Rappel ! Tu es sûrement un possédé. »

 

 [24]

« Aucun nouveau Rappel de leur Seigneur ne leur vient, sans qu’ils l’écoutent en s’en jouant. »

 

 [25]

« Ceci est un Rappel pour toi et pour ton peuple. »

 

 [26]

« Ceci n’est qu’un Rappel pour les mondes. »

 

 [27].

« Nous ne lui avons pas enseigné la poésie car cela ne lui convenait pas. Ceci n’est pas qu’un Rappel, un Coran clair. »

 

 [28]

Ce type de Samâ’ exerce sur la foi des effets -[connaissances saintes et états purs]- qu’il serait long d’expliquer et de décrire et, sur l’organisme, des effets louables : humilité du cœur, larmes des yeux, frissonnement de la peau ; ceci est mentionné dans le Qor’ân. Ces caractéristiques [sifât] ont existé chez les Compagnons. Après eux, chez les suivants, ont existé des effets de trois types : agitation et cris, évanouissement et mort.

En sommes, ce type de Samâ’ est le fondement de la foi. Allâh - Ta’âla - a envoyé Muhammad (sallallahu ’alayhi wa sallam) à l’ensemble des créatures pour qu’il leur transmettre les messages de leur Seigneur. Quiconque entend ce que le Messager a transmis, y croit et l’observe, est bien guidé et réussit. Quiconque s’en détourne s’égare et est malheureux [...] [29]

Notes

[1] Coran 19/58

[2] Coran, 17/107-109

[3] Coran 5/83

[4] Coran, 7/204

[5] Coran, 38/17-18

[6] Coran, 31/7

[7] Coran, 38/29

[8] Coran, 31/7

[9] Coran, 40/26

[10] Coran, 25/30

[11] Coran, 74/49-51

[12] Coran, 40/5

[13] Coran, 17/45-46

[14] Coran, 4

[15] Coran, 3/164

[16] Coran, 27/91-92

[17] Coran, 7/35

[18] Coran, 6/130

[19] Coran, 39/71

[20] Coran, 20/123-125

[21] Coran, 43/36

[22] Coran, 21/50

[23] Coran, 7/63

[24] Coran, 15/6

[25] Coran, 21/2

[26] Coran, 43/44

[27] Coran, 81/27

[28] Coran, 36/69

[29] Madjmu’ al-Fatâwa de Ibn Taymiyyah, 11/306-307

Publié dans Kitâb at-Tassawuf

Commenter cet article