Kitâb Charh us-Sounnah (2)

Publié le par abou abdillah al tounsi

« Kitâb Charh us-Sounnah » de l’Imâm al-Barbahârî (2)

Al-Imâm Abî al-Hassan Ibn ’Alî Ibn Khalaf al-Barbahârî

BismiLLehi ar-Rahmâni ar-Rahîm

Enregistrer au format PDF

- 11] Sache ! Qu’Allâh t’accorde Sa Miséricorde - Il n’y a pas dans la Sounnah de raisonnements par analogie ou de réflexions faites par les exemples, et il ne faut pas suivre ses passions dans cela. C’est Plutôt une affirmation de la véracité des récits du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) qu’il faut [accepter] sans [demander] le comment, l’explication, ou dire : « Pourquoi ? » - « Comment ? ».

- 12] Discuter, s’accrocher [dans les discussions], polémiquer et débattre sont des innovations [Muhdathât] qui mettent des doutes dans le cœur, quand même la personne [qu’il le fait] est de ceux de la vérité et de la Sounnah.

- 13] Sache ! Qu’Allâh t’accorde Sa Miséricorde - la parole conjecturale sur le Seigneur - Ta’âla, fait partie des choses récemment inventées, c’est une innovation et un égarement. Et nul ne doit parler sur le Seigneur - Ta’âla, si ce n’est de la façon que Lui-même s’est décrit dans le Qor’ân, et telle que le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) l’a expliquée à ses Compagnons. Il est le Puissant et l’Unique :

« Il n’y a rien qui Lui ressemble ; et c’est Lui l’Audient, le Clairvoyant. »

 

 [1]

- 14] Notre Seigneur est le premier [Awâl] sans commencement et le Dernier [Âkhir] sans fin. Il connaît les secrets les plus cachés. Il S’est installé sur Son ’Arsh [Trône] et Sa connaissance est en tout lieu, et aucun lieu n’est vide [abandonné] de Sa connaissance.

  • 15] Et il ne faut pas dire sur les Attributs du Seigneur : « Et comment ? » - « Et pourquoi ? » Si ce n’est qu’une personne qui doute sur Allâh - Tabâka wa Ta’âla.

Le Coran [al-Qor’ân] est la Parole d’Allâh, est Sa Révélation et Sa Lumière. Et certes le Qor’ân est [provient] d’Allâh, comme que ce qui est [du Qor’ân] est d’Allâh, et il [le Qor’ân] n’est pas crée. Tels sont les dires de Mâlik Ibn Anas, Ahmad Ibn Hanbal et les Savants venus avant et après eux, et polémiquer [discuter/débattre] sur le sujet est de l’incrédulité.

- 16] Et il faut avoir foi dans la vision [d’Allâh Ta’âla] le Jour de la Résurrection. Ils verront Allâh [’Azza wa Djal] avec les yeux de leur tête. Il [Allâh] les jugera sans qu’un voile ne les sépare et sans interprète.

- 17] Il faut croire en la Balance le Jour de la Résurrection qui pèsera le bien [Kheir] et le mal. Et pour cela il y a deux balances et une parole.

- 18] Il faut avoir foi dans le châtiment de la tombe, et de Munkar et Nakîr. [2]

- 19] Il faut avoir foi dans le bassin du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam). Chaque Prophète a un bassin en dehors de Sâlih (alayhi as-sallam) parce que son bassin était la mamelle de son chameau [3].

- 20] Il faut avoir foi dans l’Intercession du Messager d’Allâh pour les coupables de péchés le Jour de la Résurrection, ceux [se trouvant] sur le pont, pour ainsi les faire sortir du Feu de la « Djahannam ». Il y a l’intercession pour chaque Prophète, et également pour les véridiques, les martyrs et les pieux sincères. Après cela, Allâh accordera Sa grande grâce à qui Il veut, et Il sortira du Feu ceux qui auront été brûlés et réduits au charbon de bois. [4] [5]

Notes

[1] Sourate ach-Chourâ, v-11

[2] Les deux anges qui feront subir l’interrogatoire dans la tombe.

[3] Ceci a été rapporté dans un Hadîth considéré comme « Mawdhu’ » [Inventé] par les gens de science, selon donc plusieurs avis de grands Salaf us-Sâlih comme Ibn al-Djawzî dans « al-Mawdhou’ât » qui dit à son sujet : « Il n’a pas de fondement [dans la Sounnah] » [vol-3 p.244]. L’Imâm ad-Dhahabî dit de son côté : « C’est un hadîth Munkâr, et inventé [Mawdhou’] » [Kitâb al-Mizân, vol-2 p.645], et d’autres des Salafs parmi les gens du hadîth l’on rejeté, tel que précisé par SHeikh Khalîd ar-Radâdî. Pour plus de détail voir « Charh us-Sounnah » p.81

[4] Hadîth cité dans « an-Nihâyah » d’Ibn Kathîr, et dans l’ouvrage « ach-Chafâ’ah » de SHeikh Muqbil al-Wâdi’î et d’autres.

[5] Kitâb Charh us-Sounnah de l’Imâm al-Barbahârî, p.67-72

Commenter cet article