Les dirigeants qui jugent d’après autre que la loi d'Allah (cheikh ibn baz)

Publié le par abouabdillah al tounsi

Q : Les dirigeants qui jugent d’après autre que ce qu’Allah a révélé sont-ils considérés comme des mécréants ? Si l’on dit qu’ils sont musulmans, que peut-on dire du verset :

 




 « Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a révélé, ceux-là sont les mécréants »1 ?

 

R : Les dirigeants qui jugent d’après autre que ce qu’Allah a révélé se divisent en plusieurs catégories. Le verdict les concernant diffère aussi suivant leur croyance et leurs actes.

Celui qui juge d’après autre que ce qu’Allah a révélé et pense que ses lois sont meilleures que la Loi d’Allah Exalté, est un mécréant par le consensus des [savants] musulmans. De même, celui qui juge d’après les lois [humaines] au lieu de juger par la Loi d’Allah, gloire et pureté à Lui, considérant que c’est permis et légal, même s’il dit que juger d’après la Loi islamique est meilleur, est mécréant car il a rendu licite ce qu’Allah a interdit.

Il reste à parler de celui qui juge d’après autre que ce qu’Allah a révélé en suivant ses passions, ou pour obtenir des pots-de-vin, ou encore parce qu’il existe une inimitié entre le gouverneur et celui qui est sous son autorité, ou enfin, pour d’autres raisons.

Celui-là sait que, par cet acte, il désobéit à Allah et que son devoir est de juger d’après ce qu’Allah a révélé. Celui-là est considéré comme faisant partie des gens désobéissants [à Allah] et son acte fait partie des péchés majeurs ; il a commis une mécréance mineure, une injustice mineure et une perversité mineure.


Cette interprétation est rapportée par le Compagnon Ibn ‘Abbâs, qu’Allah l’agrée, et Tâwûs et un groupe de Pieux prédécesseurs (Salaf) et c’est le sens connu chez les savants théologiens.


  • Fatwa de cheikh Ben Baz tirée du « Magazine Ad-Da’wa »

  • n° 963, 1405 H.

------------------------------

1 La Table Servie, v. 44.

Commenter cet article