URGENT! (VERITABLE SIGNIFICATION DE MAHOMET)

Publié le par abou abdillah el tounsi


Voici la recherche d'un orientaliste sur l 'origine du prenom Mahomet, encore une foi on ne s'etonne pas du mal des koufar.
qu'allah nous preserve de leur mal AMINE



 A propos de la forme du nom de Mahomet

Michel MASSON
Université de Paris III- Sorbonne Nouvelle


Lorsqu’un nom propre d’une langue donnée passe à une autre langue,
il est parfois pris tel quel avec sa forme originelle. Mais on sait
que, surtout lorsqu’il devient familier dans la langue d’accueil, il tend
le plus souvent à être prononcé en fonction des habitudes de cette langue.
Cette intégration peut aller de la simple adaptation au système
phonologique jusqu’à un remodelage qui donne l’illusion que le mot
fait partie du patrimoine de la langue d’accueil (ex. en fr. : Douvres,
Londres, La Haye, Turin, Saladin, etc…).

Si l’on envisage le nom arabe du prophète Mu..ammad, on voit
donc que, par exemple en anglais contemporain, il a subi une distorsion
minimale (Mohammad). Il en est de même en allemand ou en
néerlandais (Mohammed). Tel n’est pas le cas en anglais médiéval ou
dans les langues romanes occidentales où l’on observe des altérations
insolites :

* anc.fr. Macomet ; lat. Machumetus, Machometus, Machometha ;
it. Macometto ;
* fr. Mahomet (> pol. do; russe Magomet) ; m.angl. Mac(h)amethe,
Makomete, Makamete, Machomet(e).
* anc.fr. Mahum, Maho ; esp., cat. Mahoma ; sarde Maòm(ma),
Maòmo, Meòmo, Maùmma ; it. Macone ; m.angl. Mahum, Mahun,
Mahoun(e), Mahon(e), Mawhown, Machoun, Mahownd, Machound,
Mahound, Mauhound.
Bien entendu, on ne s’étonnera pas que le redoublement du m soit
peu respecté, ni que la laryngale ait été interprétée comme g, k, h, f ou
même rien du tout. Cependant trois phénomènes peuvent surprendre :

Bulletin de la SELEFA n° 2, 2003


MICHEL MASSON

* le rendu des deux premières voyelles : u par a et a par o, u (et une
fois par i). On attendrait l’inverse.
* le passage de –d final à la sourde –t (ou –th).
* dans certains cas, l’apocope des phonèmes finaux.
On peut rendre compte du passage de –d à –t par une prononciation
régionale. Elle semble confirmée, d’une part, par des notations grecques1
et, d’autre part, par des transcriptions d’anthroponymes dans le
domaine espagnol2. La métathèse des voyelles est elle aussi attestée
dans ces mêmes transcriptions d’anthroponymes. Cependant, s’il est
vrai qu’on peut admettre une transmission du nom par certains dialectes
comportant ces particularités, il reste que rien n’explique l’apocope.
D’autre part, l’interprétation des deux premières distorsions par
des faits dialectaux ne laisse pas de surprendre. En effet :

* s’il est vrai que ces particularités dialectales sont attestées, elles
paraissent avoir été minoritaires et elles n’ont apparemment laissé aucune
trace dans les dialectes modernes.
* pour aboutir à une forme telle que Mahomet, il aura fallu que ces
particularités dialectales minoritaires soient simultanément représentées
dans la source de l’emprunt.
* le contact entre romanophones et arabophones n’a pas été ponctuel
mais multiple dans le temps mais aussi dans l’espace : Andalousie
mais aussi Italie méridionale et, auparavant, sans doute Afrique du
nord. Encore s’agit-il là du contact le plus direct, celui de la conquête
musulmane mais, avant même l’arrivée sur place des envahisseurs, des
informations avaient déjà pu circuler sur leur culture, sur leur religion
1 Mwamet, mwameq, mwcameq
.. à côté de. mouamed et mamed. Toutes ces formes,
citées par le dictionnaire de Sophoclès, datent des VIIIe et IXe siècle. La forme moderne
de Mahomet est mwcameth j mais mahométan se dit mwameqanoj. Cf. Evangelinos
Apostolidès Sophoclès, Greek Lexikon of the Roman and Byzantine Periods,
New-York, Leipzig: C. Scrinbner’s sons, ed. 1904.

2 Elias TERÉS, « Antroponimia Hispanoarabe reflejada por las fuentes latino-romances
», Anaquel de estudios àrabes, n° 1, 1990, p. 164 sq. Je dois cette information à
Omar Bencheikh et je l’en remercie très vivement.

Bulletin de la SELEFA n° 2, 2003


MAHOMET

et, en particulier, sur le nom du Prophète3.

Dans ces conditions, il est hautement improbable que les romanophones
aient été exposés uniquement à un arabe hypothétiquement caractérisé
par l’assourdissement du –d en –t et par la métathèse a/o et
si, d’aventure, ils l’ont été, il aura fallu qu’intervienne quelque chose
qui interdise toute modification par une forme plus communément représentée.


Pour trouver la solution à ce problème ainsi qu’à celui que pose
l’aphérèse dans les formes de type Mahoma, il pourrait être instructif
d’examiner les mots romans formés à partir de ce nom propre. Pour ce
faire, l’on se reportera à la rubrique Mahomet du FEW, t. XIX.

Comme on peut s’y attendre, on y trouvera des mots qui se réfèrent
à la religion musulmane comme mahomerie « mosquée » (aussi mahumerie,
mahommerie).

Mais on observe 4 autres orientations sémiques beaucoup moins
banales :

1) mahoumet « mauvais génie, esprit » ; maumet « satan » ; mahons
« dieux païens » + « diable »

(+ sic. Maumma « diable » [aussi « turc, infidèle »] ; + Mahonin
« démon de la 3e hiérarchie »4. Cf. aussi esp.and. mahomìa « mauvaise
action »).

2) moumo « statue » ; mahomet « idole » ; mawoumet « caricature,
homme de paille qu’on place à proximité de la demeure d’un homme
qu’on veut ridiculiser »

(+ « nuit du 1er mai » ; + m.angl. mahum « idole »).

3 On a supposé (voir en particulier Georges S. Colin, « Note sur l’origine du nom de
“Mahomet” », Hespéris 1925, I : 129) que la forme du prénom avait été altérée par les
arabophones eux-mêmes soit pour que le mauvais oeil se détourne du prénommé, soit
pour que le nom du Prophète ne soit pas souillé par des infidèles. L’hypothèse n’est
pas absurde mais elle reste très fragile car, dans le monde musulman, elle ne semble
pas corroborée par d’autres exemples de distorsion apotropaïques de ce genre, ni pour
les prénoms, ni pour les réalités tenues pour sacrées (nom de Dieu ou du Coran par
ex.).

4 Cf. Roland Villeneuve, Dictionnaire du Diable, Paris : éd. Omnibus, 1998, s.v.

Bulletin de la SELEFA n° 2, 2003


MICHEL MASSON

3) mahom « lourd et grossier » ; magon « homme malpropre » +
« épouvantail »

(+ and. majoma « lourdaud »).

4 ) mahoume « compagne des loups-garous = femme de mauvaise
vie ».
(+ anc.fr. mahomet « favori, mignon », DAF, s.v. « Mahom », aussi
mahomes).

NB.1. Roland Laffitte nous signale aussi mahomet « pénis »5 et mahométiser
« sodomiser »6, acceptions vraisemblablement nées dans
l’argot des troupes coloniales.

NB.2. En m.angl. les noms de Mahomet mentionnés ci-dessus peuvent
être utilisés aussi avec les sens de « idole », « monstre » et « diable
» (voir OED, t. IX, s.v. « Mahomet, mahound, maumet »).

Bien entendu, on aura reconnu dans cette exploitation du nom du
Prophète la motivation xénophobe la plus délirante, celle de gens totalement
christianisés pour lesquels toute croyance étrangère relève de
l’abomination. La haine ainsi manifestée par les chrétiens à l’endroit
de l’islam pouvait encore être accentuée du fait qu’ils avaient été attaqués
et vaincus à plate couture et, pire, peut-être craignaient-ils aussi
qu’après avoir écrasé le christianisme de ses domaines asiatiques et
africains, les musulmans ne s’apprêtent à les anéantir partout définitivement.


On remarquera avec intérêt que ces 4 directions sémantiques se
trouvent représentées dans le sémiogramme de MARM- et de MOM-
qui, rappelons-le, sont articulées autour du nom du singe/chat7 :

5 Alfred Delvau, Dictionnaire érotique moderne, par un professeur de langue verte,
Bruxelles : J. Gay, 1864, p. 191.

6 Pierre Guiraud, Dictionnaire érotique, Paris : éd. Payot & Rivages, 1993, p. 423.

7 Voir à ce sujet Lazare Sainean, La création métaphorique en français et en roman,
in Zeitschrift für romanische Philologie, Beihefte 1, Halle am Saale : M. Niemeyer,
1905 (= S) ; Pierre Guiraud, Structures étymologiques du lexique français, Paris : Larousse,
1967 ; et Michel Masson, « Mystères de singe », communication au GLECS
2002, à paraître dans les Comptes rendus du GLECS.

Bulletin de la SELEFA n° 2, 2003


MAHOMET

MARM


1. prov. marmau « ogre » (S, p. 71 et 90).
2. fr. marmouset « figure grotesque » (S, p. 91) ; marmotte « poupée
» (S, p. 95) ; sic. marramau « épouvantail » (S, p. 71).
3. it. marmotto « lourdaud », marmocchio « benêt » (S, p. 93); esp.
marmolillo « niais ».
4. fr. marmite « prostituée ».
MOM


1. sarde momo « monstre » ; cal. mommu « fantôme ».
2. roum. momîie « épouvantail ».
3. fr. môme « sot » (FEW) ; cal. mommu « idiot ».
4. fr. môme « giton ».
D’autre part, on retrouve deux des orientations sémantiques des dérivés
de Mahomet, dans au moins trois familles lexicales associées au
nom du singe/chat :

* anc.fr. monet « idiot » (3) + it. monello « giton » (4) + mone
« singe ».
* prov. babau « fantôme » (1) + babouin « sot » (2) + babouin
« singe »8.
Dans ces conditions, l’on comprend ce qui a dû se passer : le nom
du Prophète aura été déformé pour pouvoir être intégré dans le dispositif
péjoratif relatif au singe/chat. En effet, si l’on admet que le nom a
pris une forme de type mahomet parce qu’il est passé dans certaines
langues d’Europe par l’intermédiaire d’un dialecte comportant les
deux premières distorsions mentionnées plus haut, on voit que la terminaison
-et coïncide avec la forme d’un suffixe diminutif (correspondant
dans les langues modernes à -et, -etto, -ito).

8 On pourrait ajouter esp. mammaracho « fantôme » (1) + « idiot » (2) en tenant
compte de Michel Masson, op. cit.

Bulletin de la SELEFA n° 2, 2003


MICHEL MASSON

Or, pour la plupart des anthroponymes, le suffixe peut être utilisé de
façon facultative pour indiquer la familiarité ; mais, à côté du diminutif
Pierrot, la forme simple Pierre reste disponible, de même en it.
Giocometto fonctionne en tandem avec Giacomo tout comme en esp.
Alfonsito avec Alfonso. Dans ces conditions, face à une forme suffixée
Mahom-et, une forme *Mahom sans suffixe est a priori non moins
disponible. Or, cette forme, avec son accent sur le -ò se rapproche des
formes en MOM- et de leurs valeurs péjoratives.

Nous décrivons là un processus bien connu de cacophémie réalisé
sous forme de calembour. Il est confirmé par le fait que, dans de nombreux
cas, la même démarche a été utilisée. On se contentera de citer
quelques exemples associés au monde musulman :

C’est ainsi que, pour ne pas quitter l’adaptation du nom de Mahomet,
on observe qu’il se trouve dans le domaine anglais sous la forme
mahound : la rime avec hound « chien » se passe de commentaire.

NB. Le sens spécifique de « chien de chasse » est relativement récent.
A l’époque où mahound s’employait, hound avait le sens générique
de « chien ».

De même, en italien, on observe que l’adj. arabico a pu recevoir le
sens de « bizarre, difforme, laid » ; en espagnol arabe signifie aussi
« sodomie » (cité par le DEA) ; cf. aussi en fr. l’enchainement arbi
« arabe » > arbicot > bicot > bique.

De même encore on trouve en occitan moustafa « gros bonhomme
laid » (avec jeu de mot sur moustous « barbouillé de mout ») ; en it.
sic. marabuttu « crapule » (par croisement avec farabutto « do°») et en
port. turco « rustre », esp. turco « une cuite ». Quant au nom des Tatares,
on sait qu’il s’est trouvé associé sous la forme Tartares à tartarin
« singe » et tartarasse « prostituée ».

Mais le cas le plus probant est sans doute celui du mot ar. mamluk
est passé dans différentes langues romanes non seulement avec son
sens originel mamluk (cf. FEW, s.v.) mais aussi, d’une part, avec celui
de « imbécile » (sic. mammaluco, esp. mameluco ; fr.fl. mamulot),
d’autre part, dans l’italien mammalucco avec celui de « jeune homme

Bulletin de la SELEFA n° 2, 2003


MAHOMET

débauché et efféminé » (aussi « eunuque »). D’autre part, sont attestés
aussi les sens de « marotte de fou » (anc.fr. mamelue) et de « fantôme
» (fr. land. marmuques).

On voit donc qu’on retrouve là les quatre orientations sémantiques
caractérisant le nom de Mahomet énumérées plus haut et qui sont aussi
celles de MARM- et de MOM-9.

On remarquera que dans le domaine français apparaît la forme Baphomet
qui désigne une idole censée avoir été adorée par les Tem-
pliers. Or, il est vrai que la proximité phonétique du b et du m est très
grande mais il est non moins vrai que les langues romanes possèdent
un m et que, a priori, il n’y a pas de raison que ce b surgisse. La mutation
s’explique sans doute par le désir d’associer le nom de façon incongrue
à des notions comme bafouiller, bafouer, prov. bafar « se
moquer ».

La cacophémie explique donc l’aphérèse subie par le nom de Mahomet
mais elle permet aussi de résoudre les difficultés d’interprétation
de la métathèse des voyelles et de l’assourdissement du d. En
effet, ou bien les faits dialectaux invoqués plus haut n’ont jamais existé
et la démarche cacophémique suffit à rendre compte de ces distorsions
; ou bien ils sont effectivement intervenus, sans doute de façon
minoritaire, mais les romanophones auront choisi de privilégier cette
réalisation insolite du nom du Prophète parce que c’était celle qui se
rapprochait le plus de mots romans évoquant des réalités désagréables
et leur permettait de faire des calembours de goût douteux pour dénigrer
leurs ennemis.

On imagine assez ce qui a pu constituer le moteur de cet humour de
bas étage : c’est la démarche raciste qui consiste à assimiler un être
humain plus ou moins basané à un singe, à quoi il faut ajouter à
l’époque le fait que l’infidèle est nécessairement une créature de Satan,
exactement donc comme le singe. Or, on sait enfin que, au Moyen
Âge, le singe, comme le chat, est tenu pour une créature infernale. Le
jugement de Luther résume bien l’opinion générale : « Les serpents et

9 Le sens de « marotte de fou » est à interpréter comme « figure grotesque ».
Bulletin de la SELEFA n° 2, 2003


MICHEL MASSON

les singes sont sujets du diable plus que tous les autres animaux… Je
crois que le diable habite les singes et les guenons pour qu’ils puissent
aussi bien contrefaire les humains. » En cela, comme le signale Feinberg10,
le singe est proche « des sorciers, des assassins, des maquereaux
et des idolâtres » mais aussi, comme le rappelle Janson11 « des
païens, des apostats et des hérétiques »12.

Il importe de remarquer que la forme brève du nom de Mahomet
apparaît dans la Chanson de Roland (mahum, -erie), c’est-à-dire dès le
XIe siècle mais il est clair que la cacophémie est antérieure de quelques
années au minimum et probablement plus. Depuis que les musulmans
avaient commencé à envahir les pays chrétiens d’occident au
VIIIe siècle, des contacts avaient lieu et il est très vraisemblable que le
nom de Mahomet ait été connu dans les pays romanophones bien
avant que la Chanson de Roland n’ait été notée par écrit.¦

ABRÉVIATIONS & RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES :

Toutes les abréviations utilisées dans le Bulletin de la SELEFA sont
consignées sur le site Internet de la Société (www.selefa.asso.fr) à
la page « Abréviations », tout comme les références bibliographiques
le sont aux pages « Bibliographies : documentation technique
» et « Bibliographies : sources littéraires & autres ».

10 Anat Feinberg, « Like Demie-Gods the Apes Began to Move », Cahiers élizabéthains,
n°35, Montpellier : Centre d’études et de recherches sur la renaissance anglaise
de l’Université Paul-Valéry, Montpellier III, avril 1989, p. 5.

11 Horst Woldemar Janson, Apes and ape lore in the Middle Ages and the Renaissance,
London : University of London, Wartburg Institute, 1952, p. 16.

12

 Pour de plus amples développements, Liselotte Wehrhahn-Stauch, LCI, s.v.
« Affe » et surtout Janson, op. cit., passim et en particulier p. 16-25. Cf. aussi Anat
Feinberg, op. cit., p. 1-13. Pour les gnostiques, voir Alexandrian, Histoire de la philosophie
occulte, Paris : Seghers, 1983, p. 53. Remarquer aussi l’appellation belzébuth
donnée au singe atèle en français.

Bulletin de la SELEFA n° 2, 2003

Publié dans Rappels

Commenter cet article

mhamed 23/01/2012 16:11

salem alikoum, pouvons-nous faire une pétition à l'academie
francaise pour réhabiliter le nom du prophète et proscrire
mahomet des dictionnaires

abou 3abdillah a_Tounissy 29/03/2012 00:54



wa alaikoum salam oui akhi