l'histoire de Jabala ibn Ayhem

Publié le par abouabdillah al tounsi

Voici l'histoire de Jabala ibn Ayhem.
Jabala ibn Ayham etait un roi du Cham (arabe) qui avait combattu avec les chretiens contre les musulmans a l'epoque de Omar.

Jabala finit par se convertir et lorsque Omar apprit la nouvelle, il en fit heureux.
Omar lui envoya une invitation afin qu'il le rejoigne a Medine.
Jabala voyagea avec un enorme cortege, on rapporte qu'il comportait mille cinq cent cavaliers.
On rapporte egalement que les cadeaux de Omar lui venaient par caravane bien avant qu'il fusse arrive a Medine.
Le jour de son arrive etait un jour particulier, les gens sortaient de leurs demeures pour assister a la venue de Jabala.
Jabala entra dans Medine, les renes de ses chevaux etaient d'or et d'argent, lui, il portait une couronne ornee de diamants et des plus belles pierres precieuses.
Les Medinois, hommes et femmes, observaient attentivement cette venue particuliere.
Lorsqu'il salua Omar, ce dernier lui souhaita l'heureuse bienvenue et le convia a ses assises.
Cette annee la, il accomplit le pelerinage avec Omar.
Alors qu'il circombulait autour de la Kaaba, un pauvre homme des bani fazara pietina le pagne de Jabala qui en retour, lui giffla le visage.
Le Fazari se plaignit aupres du Calife du geste odieu de Jabala. Omar convoqua Ibn Ayham ainsi que la victime.
Jabala ne dementit rien des accusations portees a son encontre, et Omar ordonna a Jabala de se soumettre au fazari afin de recevoir le meme coup qui lui porta autour de la Kaaba.
Jabala etonne et mecontent dit : ' Je suis un roi, vais-je recevoir un coup de ce pauvre homme?'
Omar repondit que l'Islam les avait reuni et qu'il ne pouvait etre superieur a lui que par la piete.
Jabala dit : ' Je pensais faussement, que l'islam me rendrait plus puissant que je l'etais a l'epoque de l'ignorance !'
Omar lui conseilla de laisser ces vaines pensees, et que s'il ne se soumettait pas, il le ferait lui meme.
Jabala dit alors qu'il se convertit au christianisme. Omar lui repondit que s'il le faisais, il lui trancherait la tete.
Lorsque Jabala vit la chose compliquee, il demanda un repit a Omar d'une nuit afin d'y reflechir serieusement.
Ce malin rusa et en profita pour prendre la fuite vers le Cham.
Jabala se rendit ensuite aupres d' Heraclius dans la ville de Canstantinople.
Heraclius lui fit un grand accueil, et lui donna de nombreuses terres et d'importants presents.
Jabala resta un certain temps aupres de Heraclius. Lorsque Omar envoya une lettre a Heraclius, celui-ci dit au messager (Jouthama ibn Mousahiq al kinani) s'il avait rencontrer son cousin (arabe donc cousin pour lui, ce n'est pas germain), le messager repondit negativement alors Heraclius lui ordonna de le rencontrer.
Le messager le rencontra, il decrivit la richesse dans laquelle nageait jabala, le nombre de servantes, de maisons, de cheveaux, les habits que portait Jabala.
Le messager rapporta aussi qu'il l'appella a l'Islam et lui demanda de revenir au Cham.
Mais Jabala lui dit : ' Apres ce que j'ai fait? Apres mon apostasie?'
Le messager lui repondit que Al Ach3ath ibn Qayss avait fait pire, il avait apostasie et combattu les Musulmans, mais lorsque ce dernier se repentit, Abou bakr le maria a sa propre soeur Oum Farwa.
Mais Jabala prefera les plaisirs vains au noble appel du messager, il lui proposa meme avec odasse de partager une coupe de vin avec lui.
Jabala ordonna ensuite aux chanteuses de chanter pour lui, une d'entre elles chanta ces vers :
 
' Les Nobles se convertissent au christianisme par honte de se faire giffler
Avec un peu de patience, celle-ci ne t'aurait nui en rien
 
Lorsque je suis perdue dans les tenebres de la mer
Vais- je vendre l'oeil sain par un oeil borgne?
 
O helas, si seulement ma mere ne m'avais enfante,
O helas, si seulement je revenais a la parole de Omar
 
Je preferais, en echange de cette place, faire paitre un troupeau
Ou encore etre prisonnier de Rabi'a et de Moudar ( deux tribus connus qui n'etait pas tres gentils)
 
Ou encore si seulement j'avais en echange dans le cham,une bien mediocre vie
ou j'y cotoierais des habitants, etant sourd et aveugle
 
A condition de prendre l'Islam comme religion
Cette belle religion qu'ils ont pri comme legislation
 
A l'entente de ces vers, jabala pleura jusqu'a ce que sa barbe soit trempee, le messager pleura avec lui.
Jabala lui tendit alors cinq cent dinars haracliens et lui demanda de les donner a Hassan ibn Thabit, puis il lui tendit la meme somme mais il ne voulut rien prendre d'un apostat, Jabala les ajouta donc a ce qu'il avait donne a Hassan.
Jabala emu, demanda au messager de saluer Omar pour lui ainsi que les autres musulmans.
Lorsque le messager arriva a Medine, il raconta ce qu'il avait vu a Constaninople au sujet de Jabala et transmit le salut de Jabala.
Omar lui dit : ' Tu l'as vu boire???'
Le messager repondit affirmativement et Omar repliqua : ' Qu' Allah l'eloigne, il a vendu un plaisir ephemere par un autre durable, il n'a tire aucun benefice de cette vente'
Puis Omar demanda quelle etait la chose qu'il avait envoye a Hassan, ce dernier repondit que c'etait mille dinars, on appella Hasan et on les lui remit. ( avant l'islam Hassan faisait des poesie pour les rois du Cham)
Puis lorsque Mou'awiya controla le Cham, il envoya Abdoullah Ibn Masaada comme envoyer au roi des romains, Abdoullah rencontra Jabala et vit la richesse de ce dernier.
Jabala lui dit que si Mou'awiya lui donnait les terres de Al bathina et vingt villes aux alentours de Damas, et qu'il se montrait genereux, il reviendrait au Cham.
Lorsque Abdoullah retourna au Cham, il rapporta cela a Mo'awiya, celui-ci accepta la demande de Jabala.
Mou'awiya ecrivit une lettre informant Jabala qu'il avait accepte sa demande, mais ce dernier mourut avant de recevoir la lettre.
(ibn kathir, Al waqidi, Ibn l jawzi, Ibn asakir) 
Qu'Allah affermisse nos pas, quelle bien mauvaise fin, ou est maintenant son argent, ses demeures, ses femmes, ses habits??
Cette vie l'a certes trompe en lui faisant croire qu'elle lui apparetenait a jamais, pour ainsi l'abandonne ni il ne la possede ni ne possede les actions vertueuses.
Quelle injustice que d'echanger la Misericorde d'Allah par une chose vaine, Ya jabala te voila aujourd'hui malheureux un malheur sans fin.

Publié dans Récits de salafs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article